Le vélo dans les vignes, quel bonheur !

ThieuleyBikes

Casse croûte ou casse gueule !

Ils sont arrivés la veille ces fameux cousins, un peu trop tard pour que nous puissions jouer de suite, mais ce matin je suis tout excité à l’idée de partir avec eux faire du vélo dans les vignes. Quelle fierté j’ai de leur faire découvrir mon immense terrain de jeu… Pour faire une course dans les vignes, ce n’est pas compliqué, le sillon est droit. J’ai pas dit large… mais droit. Le coteau derrière la maison est le plus en pente, donc plus dangereux…

Tout le monde est heureux et les plus démunis ont été affublés des vélos appuyés au coin de la grange. Nous pédalons à vive allure, l’idée de faire une course n’est pas encore là, mais elle est sous-jacente! Arrivés en haut de la pente nous décidons de faire la course. Chacun dans son rang, autrement c’est trop étroit. Un, deux, trois, c’est parti !

Tout va très vite vu avec nos yeux d’enfants. Et cette odeur incroyable qui nous enveloppe… elle est délicate, délicieuse, presque enivrante. C’est l’odeur de la vigne en fleur. Maman dit qu’elle est indescriptible, pour moi elle est simplement unique.

J’ai gagné la course, c’est bien normal, je connais tous les pièges de la descente, par contre mon cousin Franck est tombé. Genoux rougeoyants et un peu douloureux, nous décidons de passer outre et de ne rien dire aux parents pour ne pas nous faire gronder.

En rentrant à la maison, la bande d’aventuriers a droit à un casse-croute, tout le monde est joyeux et notre mésaventure passe inaperçue. Pour Franck ce sera un bon morceau de saucisson, peut-être une bonne gorgée de vin rouge en cachette pour oublier la douleur, c’est le meilleur des remèdes.

PCrides